ACCUEIL » FAQ

Voici une compilation des questions fréquentes que l'on me pose habituellement sur les réseaux sociaux.

Si vous souhaitez d'autres informations, vous pouvez me joindre par email à info@jlbrassiene.com ou par le formulaire de contact

Depuis quand peignez-vous, qui vous a donné l'envie de peindre?

Mon père peut-être, mais il n'est pas le seul. Il y a les livres d'art, les bandes dessinées. Je me souviens d'un endroit dans la maison où mon père trouvait refuge pour peindre. C'est par le dessin que j'ai commencé à gribouiller. J'avais alors 10 ou 12 ans. Ensuite, je me suis dirigé vers le pastel et la peinture à l'huile que j'avais trouvé trop contraignante. 

De gauche à droite pastel, graphite et sanguine. Ces dessins dont celui du milieu en mauvais état, ont plus de 50 ans.

Où puisez-vous vos idées, votre inspiration?

Au hasard! L'inspiration, les idées ne tombent pas du ciel comme les feuilles en automne. Par contre, selon les individus, il y a des facteurs privilégiés pour déclencher des mécanismes susceptibles de trouver l'inspiration. Ce n'est pas un scoop, mais pratiquement une règle. Si je me promène sur une plage ou dans un environnement marin, à peine quelques minutes seront nécessaires pour trouver l'idée initiale, le "flash" que j'adapterai pour réaliser la composition. Mais si je regarde un match de foot à la télévision, quelques minutes suffiront pour m'endormir.

 

Justement, quel processus suivez-vous lorsque votre idée aboutit à cette phase de composition?

Il arrive très souvent qu'entre le moment où l'idée naît et la réalisation de la composition ainsi que la mise en œuvre, plusieurs semaines voire plusieurs mois passent. Entre-temps, je peins sur un thème totalement différent, lui-même extrait d'une idée vieille de plusieurs semaines. Le processus n'est donc pas instantané, car il dépend surtout dans mon cas d'un état d'esprit. Il ne suffit pas de trouver le sujet intéressant ou original. Encore faut-il l'aimer, apprécier sa valeur esthétique ce qui me paraît essentiel et ne pas coller à un effet de mode. Le dernière étape avant de passer à la mise en œuvre consiste à sélectionner les pinceaux ainsi que la technique (aquarelle, pastel, peinture à l'huile, acrylique...) à l'aide du logiciel. 

 

Quel matériel et logiciel utilisez-vous?

Je travaille essentiellement avec Corel Painter et dans une moindre mesure Photoshop. Plus rarement sur Autodesk.

Photoshop est une sorte d'usine à gaz. Ce logiciel propose une quantité d'outils phénoménale. On peut presque dire qu'il est universel. En revanche, dès que vous souhaitez vous consacrer à la peinture digitale, Corel Painter se distingue par la qualité de ses pinceaux (les brushes), la texture. Ce logiciel s'adresse plus aux artistes peintres qu'aux graphistes. 

J'ai deux écrans. Un 4K et l'autre en haute définition ainsi que la tablette graphique évidemment sans laquelle il est impossible de travailler.

 

Faut-il des prérequis avant de commencer avec cette technique?

Certainement pas. Aujourd'hui, Photoshop l'outil le plus connu est accessible pour tous, mais il faut constamment se remettre en question et éviter de s'enfermer dans un style ou une même thématique ce qui peut mettre un frein pour améliorer la maîtrise de cet art devenu très populaire, aussi exigeant que les réalisations avec un médium traditionnel.

 

Pourquoi dites-vous qu'il ne faut pas être prisonnier d'un style ou d'une même thématique?

Je me suis prêté récemment à une petite expérience. Au fil des années, j'ai accumulé plusieurs centaines de sites d'artistes dans ma liste de "Favoris". La majorité concernait des artistes reconnus et travaillaient sur des supports traditionnels ou digitaux. Si des sites fonctionnaient encore aujourd'hui, le nombre de ceux qui n'existaient plus ou n'étaient plus mis à jour était impressionnant. Pourquoi? Il n'y a pas de réponse nette et définitive, mais je suis persuadé que deux éléments sont à prendre en considération, en particulier pour les œuvres réalisées sur des médiums traditionnels. Ceux-ci demandent un investissement initial conséquent. Cet investissement est forcément répercuté sur le prix d'un tableau qui sera toujours plus élevé que celui effectué avec des techniques digitales. Ce n'est donc pas seulement l'artiste, sa notoriété qui fixeront le prix, mais les dépenses exigées pour faire le tableau et souvent on atteint des montants abyssaux ce qui rend l'art inaccessible pour beaucoup de portefeuilles. Le deuxième élément est à mettre en relation directe avec les capacités de l'artiste pour diversifier ses thèmes et plus accessoirement son style. Les styles répondent souvent à une mode. Mais il n'y a rien de plus éphémère que les modes. Il n'était d'ailleurs pas difficile de voir que les sites encore en ligne appartenaient à des artistes qui brillaient par la diversité de leurs thèmes.

 

Quelle est votre formation dans le domaine artistique?

Je ne sors d'aucune académie des beaux-arts, mais d'une école de navigation avec un diplôme d'officier de marine ce qui est, je l'admets, sensiblement différent. Cependant, j'observe toujours le travail des artistes souvent riche en enseignements. À mon avis, l'avantage indiscutable d'un cursus dans le domaine artistique sera d'avoir "un pied dans la maison". L'étudiant évoluera dans un environnement favorable pour établir des contacts et susciter l'intérêt si son travail se distingue des autres.

 

Pourquoi les techniques digitales  vous attirent-elles?

Il y a d'abord eu la curiosité, la découverte d'une méthodologie totalement différente de celle appliquée aux médiums classiques comme la peinture à l'huile, les pastels, le travail acrylique. Mais il serait erroné de prétendre que la peinture digitale fera de vous un artiste même si vous ne savez pas dessiner ou peindre. La machine suivra vos instructions et vos mains. Elle ne corrigera pas vos erreurs, mais les erreurs sont plus facilement corrigées. Elles sont rarement irréversibles. Depuis quelques années on commence à parler d'intelligence artificielle, mais au stade actuel, on ne peut pas vraiment dire que les résultats soient concluants et je ne pense pas que l'on puisse intégrer cette technique dans le domaine des arts visuels telle que la peinture. La technique digitale n'est pas nécessairement plus facile, cependant la mise en œuvre me paraît en général plus rapide et moins exigeante qu'une huile sur toile du même sujet. Un autre facteur qu'il ne faut pas négliger: le coût!